logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/02/2010

Devant la tombe de Antonio Machado en Collioure France

 Dans le 71 aniversaire de la mort de Antonio Machado, (le 23 Febrier) un des plus grands poetes de l'Espagne, je vous presente ce poême que j'ai eu l'honeur de reciter devant de sa tombe en Colliure, l'année 2000, devant de plus de 500 persones, ce jour fut pour moi un moment des plus emouvants de ma vie.

La traduction, ça sera pour demain.     

 ANTONIO MACHADO

 

 

Tu, que cantaste, los Campos de Castilla,

 

el sol ardiente, que dora sus trigales,

 

las encinas, que sombra nos ofrecen,

 

los barrancos, los grises peñascales.

 

 

Los vientos rudos, que barren sus colinas,

 

las cimas, las llanuras y los páramos;

 

las auroras, que espléndidas despiertan,

 

la dulce claridad de sus ocasos.....

 

 

Que de Andalucía, cantaste los campos,

 

sus jardines bellos, serenos, callados......

 

y la cantarina agua de sus fuentes,

 

entonando siempre rumoroso canto......

 

 

Y sus olivares, polvorientos, grises,

 

cargados de fruto, con jugo dorado......

 

¡Entera cantaste a tu amada tierra,

 

poniendo en tus rimas acentos sagrados!

 

       . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Mas de pronto todo se convirtió en guerra,

 

horror y ruinas tus “campos cantados”

 

y viste matarse en cruenta lucha

 

los hombres que “ayer” eran como hermanos.....

   

          . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Un día  exilado, partiste de España

 

dejándolo  todo,  amigos y hermanos.......

 

y al hallarte lejos en tierra extranjera

 

tu corazón  noble se partió en pedazos

 

           ......................

 

        

 

Bajo la fría losa que hoy te cubre,

 

no llores por creerte abandonado,

 

los hijos de tu España, no te olvidan,

 

y vienen desde lejos con sus ramos.

 

 

Al árbol que cobija ahora tu tumba,

 

vienen también tus pájaros amados,

 

a desgranar sus cantarines  trinos,

 

y el mar y el viento arrullan tu descanso.

 

 

Será eterno tu exilio? ¿ tus cenizas,

 

jamás reposaran en suelo patrio?......

 

¿te olvidarán un día tus hermanos?.....

 

El tiempo es un enigma y pasa rápido.

 

           . . . . . . . . . . . . . . . .

 

Pero hay algo que tú legaste a España,

 

y que borrar no lograrán los años,

 

son tus versos ¡sublimes!, que no cesan

 

de cantar a tu Patria...  ¡ETERNO CANTO!

 

 

             MARU APARICIO   

 

             *   *   *   *   *   *   *            

Commentaires

Encore un poème qui "chante", mais dont je n'ai compris que quelques bribes, hélas !
Cela a dû être un grand moment pour toi de le réciter devant tant de monde et près de la tombe du grand poète !
J'attends la traduction...
Bonne soirée,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 18/02/2010

Un bel hommage rendu à ce poète exilé dont les cendres sont restées en France.
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 18/02/2010

Quel moment inoubliable et si fort dans ta vie On n'oublie jamais un instant pareil Je reviendrai pour la traduction Bonne soirée Bises

Écrit par : fleurbleu | 18/02/2010

J'attends la traduction pour te donner mon avis, mais je suppose que c'est très émouvant et que pour toi ce fut un honneur de le réciter.
A bientôt
bises
hélène

Écrit par : hélène | 18/02/2010

moi aussi j'attends que tu traduises je reviendrais demain
Bisous et bonne soirée

Écrit par : f.jegou | 18/02/2010

j'attends la version Française
est ce de Collioure France que tu parles?
amitiès

Écrit par : ventdamont | 18/02/2010

je ne connais pas l'Espagnol ? Collioure oui !

bonne nuit !

Écrit par : Marie-Therese | 18/02/2010

un très joli poème en hommage à la douceur d'une fin de journée.
merci maru.
Bisous et bonne nuit
Anita.

Écrit par : anita | 18/02/2010

Copucou Maru !

Félicitations pour avoir lu ce poème à ce grand poète .
J'attend la traduction en Français pour l'apprécier .

Bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 19/02/2010

Maru, je n'attends pas la traduction ( que tu viens d'ailleurs de publier).

J'aime te lire en espagnol, parce que tes" chants "vibrent.

je t'embrasse

betty

Écrit par : betty | 21/02/2010

je préfère rester sur la version "originale", même si je ne comprends pas tout... difficile de traduire un poème
bises

Écrit par : henri | 22/02/2010

Emotivo el poema....machadiano diria yo!Ha sabido reencontrar la lirica que inspiro a D. Antonio....hace poco estuve en su casa natal,en Sevilla,palacio de Dueñas,propiedad de la Duquesa de Alba.Largo el camino hasta Collioure!

Écrit par : Mario | 17/06/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique